Rechercher

Qu'est-ce qui vous anime ?

Moi, c'est KaLyaan ... J'aime écrire à propos de mes passions, de ce qui m'intéresse, ce qui intéresse les autres, et partager tous mes questionnements avec mes lecteurs.

KaLyaan Institut est vraiment mon projet à moi. C'est un intérêt pour le bien-être et l'être bien !, un mode de vie plus sain qui , il me semble, attire de plus en plus de monde chaque jour. J'espère que vous avez aimé découvrir mon site et tout le contenu unique que j'ai à partager. Regardez autour de vous, peut-être découvrirez-vous ce qui vous anime. N'hésitez pas à le partager sur mes réseaux et à interagir sur mes publications. Vos avis comptent!

Continuez de lire, et amusez-vous!

PAROLE D’EXPERT - Pr Philippe HUMBERT

Le Professeur Humbert est un dermatologue de renommée internationale. Grâce à son équipe de recherche tout à fait performante et grâce à des collaborations, il a développé un certain nombre de travaux innovants sur la peau et le fibroblaste.

« Notre peau est constituée de 3 couches :

- l’épiderme (partie la plus superficielle de la peau) : nous protège de l’extérieur et limite la perte en eau qui constitue 70% de notre corps.

- le derme : comprend des fibres de collagène et des cellules : les fibroblastes, cellules essentielles de la peau qui évoluent dans la matrice extracellulaire (ensemble d’eau et de sucres dont l’acide hyaluronique ou l’héparane sulfate qui ont la capacité de retenir l’eau). Le derme est responsable de l’élasticité de la peau.

- l’hypoderme (tissu graisseux) : constitué d’adipocytes et lieu de stockage de l’énergie. »



« La peau est un organe, comme le cœur ou le foie, il a une unité de forme et une unité de structure avec des fonctions propres de protection et de barrière très importantes. Elle est constituée de cellules qui sont toutes au sein d’un milieu extracellulaire dans lequel passe des vaisseaux pour nourrir la peau ainsi que des nerfs qui donnent la sensibilité de la peau.

Les cellules du derme -les fibroblastes- sont très importantes. Ce sont les cellules qui construisent notre peau, qui fabriquent les fibres de collagène qui font s'assembler de grandes tresses et qui vont donner sa rigidité, extensibilité et élasticité la peau. Les fibres de collagène font 100 à 1000 fois la taille des fibroblastes. Ceux-ci vont agir dans la cicatrisation. Si on perd un morceau de peau à la suite d’une blessure, les fibroblastes vont venir immédiatement sur le site pour fabriquer le collagène et avoir un rôle de cicatrisation.

Malheureusement, ce fibroblaste est une cellule qui vieillit. Lorsque qu'on stimule ce fibroblaste, il va se transformer en une cellule dont le nom est très important à retenir : le myofibroblaste. Cette cellule est dotée d’une fibre musculaire : l’alpha smooth muscle actin. Ainsi pour avoir une peau raffermie, nous devons avoir des cellules qui vont s’accrocher aux fibres de collagène pour redonner de la structure. »

« Au sein de mon Centre de Recherche, nous avons conduit une étude qui montre que lorsque l’on stimule la peau mécaniquement avec une fréquence déterminée (soins endermologie® visage), le fibroblaste se transforme en myofibroblaste et permet de redonner à la peau de l'élasticité, fermeté et volume. »

Pourquoi voit-on apparaitre des rides ?

« Lorsque la peau durant toute une vie fait face à des contractions musculaires (conséquences des expressions), elle essaie de rester tendue, de ne pas se rider et pour se faire elle va mettre en marche le fonctionnement de la transformation du fibroblaste en myofibroblaste. Mais à un moment donné, cette peau s’épuise parce qu’elle aura été exposée au soleil, elle aura perdu certaines capacités de protection. De ce fait, des rides vont apparaitre, et la peau va se relâcher. Il faudra alors stimuler les fibroblastes.

Si l'on prend un parallèle, pour entrainer (stimuler) un sportif, il faudra le mettre sur un tapis de course. Ce parralèle s'appelle : stimulation mécanique. Cette stimulation du fibroblaste va lui permettre de se transformer en myofibroblaste et de fabriquer de l'acide hyaluronique, du collagène et de l'élastine.

Ce qui est incroyable, c'est que nous avons démontré qu’avec des stimulations mécaniques durant 6 semaines à raison de 2 séances par semaine, on renouvèle la totalité du collagène, on produit 45% d'élastine en plus et 80 % d’acide hyaluronique endogène. En effectuant une stimulation on rajeunit la peau et la matrice extra-cellulaire (EMC) par la réactivation du fibroblaste. »


Que faut-il faire pour éviter le vieillissement en général ?

« Lorsque l’on stimule ainsi une cellule, elle va rajeunir mais il lui faut de l’énergie. Il faut que l’organisme soit bien nourri. Avec l’âge, notre intestin n’absorbe pas bien les calories, les vitamines. Il faut donc apporter à l’organisme ces vitamines supplémentaires. Lorsque l’on donne à un patient des vitamines, on lui donne une substance dont l’organisme ne peut pas se passer. Sans vitamine D, nous ne pouvons pas vivre. Sans vitamine C, nous ne pouvons pas vivre. Mais ce sont des substances qui -contrairement au cholestérol, à la créatinine ou à l’albumine qui sont fabriqués par notre organisme- sont des substances indispensables à la vie et non fabriquées par notre organisme.

De ce fait nous devons aller chercher cette vitamine à l’extérieur, dans notre alimentation. Si notre intestin ne fonctionne pas normalement, les vitamines que nous allons manger ne seront plus suffisantes.

Il faudra les apporter - surtout à partir d’un certain âge -, en quantité suffisante surtout pour donner à la cellule tout ce qu’il lui faut pour que le fibroblaste devienne ce myofibroblaste qui va mettre en place son fonctionnement. »


Le vieillissement n’est pas une fatalité

« Bien sûr, on a tous nos gènes. Lorsqu’on stimule la peau mécaniquement, on stimule le fibroblaste, mais on stimule aussi la microcirculation. C’est ce que l'on note dès la première séance avec une amélioration de l’éclat de la peau et qui a été démontré de façon remarquable dans l’étude que nous avons conduite. La personne ressent tout de suite un effet positif, on sort d’une séance, on a un teint lumineux, on a le visage éclatant et en poursuivant les séances, d’autres résultats apparaissent : diminution de la ptose (relachement) de façon significative, production d’acide hyaluronique, de collagène et d’élastine.

La mécanobiologie

« Depuis plus de 20 ans, nous travaillons sur la mécanobiologie au sein des universités de Besançon et de Genève. Nos travaux permettent de comprendre le mécanisme du tissu cutané. La plupart des cellules portent des récepteurs mécaniques. Il suffit que l’on stimule la peau pour activer ces « mécano-récepteurs » et activer les gènes.

La stimuler mécaniquement est une façon efficace de relancer la fabrication de collagène, d’élastine et d’acide hyaluronique endogène.

Dans ce contexte, les soins endermologie® ont un rôle important à jouer, Il s’agit d’une technique éprouvée et validée par la science depuis plus de 34 ans qui va relancer l’activité du fibroblaste.

Les traitements endermologie® qui contient le mot « derme » est une technique non invasive et non agressive issue de la Mécanobiologie qui à l’aide de procédés mécaniques brevetés de haute technologie, va adresser des stimulis mécaniques qui vont se transformer en stimulations cellulaires et déclencher une réponse biologique des cellules (Fibroblastes, Adipocytes …). Tout cela en parfaite innocuité. »

Il est important d’avoir une bonne nutrition

« Nos besoins en vitamine C sont de 1 g par jour. Une orange devrait contenir 400 mg de vitamine C. Ce qui fait que 2 oranges sont suffisantes pour nous apporter la dose quotidienne nécessaire. C’était ce que nos grands-parents disaient : « Tu sais à Noël, on avait une orange ». C’était quelque chose d’important. Et bien aujourd’hui il semblerait que dans une orange il y ait 40 mg de vitamine C donc il n’y a plus assez de vitamine C dans ces oranges. Au lieu de consommer 10 oranges, on utilise des compléments pour compléter notre alimentation. C’est aussi le cas pour la vitamine B9, la vitamine B12 et la vitamine D qui doivent être apportées à partir d’un certain âge sous forme de compléments alimentaires.

La bonne santé de la peau c‘est aussi ne pas s’exposer au soleil. Le soleil est très délétère, il abîme la peau, il fait consommer ses facteurs de protection qui sont les anti-radicalaires. Il faut donc se protéger du soleil, cause du vieillissement que l’on appelle le photo-vieillissement. »


« Par ailleurs, nous mangeons beaucoup trop de sucres. En une année nous mangeons la quantité de sucre que nos grands-parents mangeaient durant toute une vie ! Ce qui est considérable. Le sucre est partout : les gâteaux, les plats préparés. Il faut faire attention car ces sucres provoquent le vieillissement : c’est la glycation.

Les sucres se déposent sur les fibres de collagène ce qui les rend cassantes, rigides, elles ne sont plus élastiques, elles ne sont plus souples et quand il y a trop de sucre sur les fibres de collagène le vieillissement qui est quasiment inéluctable. Le sucre est une drogue, du coup notre pancréas fabrique trop d’insuline, celle-ci va stocker la graisse et va nous donner de l’appétit, on va manger plus et stocker plus… Il faut parfois l’intervention d’un médecin qui va bloquer la sécrétion d’insuline par un médicament pour arrêter ce cercle vicieux. »

Prendre un coup de vieux

« La souffrance morale est aussi à prendre en considération. Toutes mes consultations se terminent par la question « Qu’avez-vous eu comme coup dur durant votre vie ? » Et bien une personne sur 2 va se mettre à pleurer, va me raconter des choses. Il faut savoir que la peau et le système nerveux central ont la même origine embryologique. C’est à partir de la même cellule que l’on va fabriquer du cerveau et de la peau.

Ces cellules se différencient tantôt en cellules neurologiques tantôt en cellules épidermiques. Donc la peau a quelque part des fonctions de cellules neurologiques. On sait que les kératinocytes, cellules de l’épiderme, sont capables de souffrir d’addiction.

Par exemple quelqu’un qui se met au soleil va libérer par ces cellules de la peau, des endorphines, un peu comme la morphine. Et si vous dites à cette personne d’arrêter de s’exposer au soleil, elle va se sentir mal, ressentir un manque. Le processus de prise en charge du psychisme est très important. Ne jamais dire à une personne « C’est dans votre tête ». Il faut plutôt lui demander « Avez-vous des souffrances morales, avez-vous eu des évènements douloureux dans votre vie, un divorce, des violences dans l’enfance, des agressions, un incendie de votre maison ? ».

En 1988, date à laquelle j’ai écrit le chapitre d’un livre qui s’appelait « De la dépression à l’immuno dépression », on quantifiait les évènements douloureux. On donnait beaucoup de poids à la perte du conjoint. Aujourd’hui, nous savons que tous ces évènements jouent un rôle sur le vieillissement. »

Comment préserver notre peau ?

« Il y a des différences génétiques, il peut y avoir des maladies comme le vieillissement prématuré avec des personnes qui à l’âge de 10 ans ont l’aspect d’une personne de 80 ans. Ce sont de véritables maladies -la progéria.

En revanche les gènes vont conditionner le vieillissement de nos cellules. Notre cellule va être moins capable de se transformer en myofibroblaste à partir de 40 ans. Il faut surtout savoir que la génétique n’est pas tout. Il y a aussi ce que l’on appelle l’épigénétique, tout ce qui tourne autour de la génétique comme l’alimentation, l’exposition au soleil, la pollution, le stress, les soins que l’on porte à sa peau.

Ne soyons pas désespéré en voyant ses parents et en se disant je vais vieillir comme eux. La femme de cinquante ans sait qu’elle peut avoir des dérèglements hormonaux la ménopause, ce que ne pouvait pas faire sa maman ou sa grand-mère. Aujourd’hui il y a des hormones naturelles qui conviennent pour la ménopause. Nous avons aujourd’hui tous les outils pour combattre et faire face au vieillissement. »


Une philosophie de la vie

« Pour être bien dans sa peau il faut mentalement être bien. Malheureusement on est tous inégaux face à des situations douloureuses au niveau professionnel ou personnel, face à la capacité de se nourrir normalement, face à la maladie. Il y a des professions - médecins, esthéticiennes, kinés… - pour nous aider, pour nous apporter les solutions pour faire les efforts supplémentaires pour ne pas vieillir trop vite. Ca peut être les médecines naturelles, les soins naturels. Ce qui est naturel doit être privilégié dans un premier temps, c’est évident. On ne veut pas sur-rajeunir, on veut juste maintenir un état. »

10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout